Lettre à un ami Guyanais naturaliste ou Voyage véridique vers la fin d’un monde

7. Mon cher Justin[1], Dans ton précédent courrier, tu m’as raconté comment les autorités françaises envisageaient, au nom du développement durable, d’autoriser les activités aurifères, légales celles-ci bien sûr, dans les parcs naturels et en particulier le Parc National du Sud. Après une semaine dédiée au développement durable en Guyane, c’est en effet pour le moins surprenant. Continuer la lecture